Pénuries d’eau estivales

En été, les fleuves, rivières et ruisseaux charrieront une quantité d’eau plus faible à l’avenir. De plus, les périodes de sécheresse seront plus fréquentes et dureront plus longtemps. Pendant ces événements extrêmes, certaines régions pourront connaître des pénuries d’eau temporaires.

Emme klein

Globalement, les scénarios hydrologiques montrent que les niveaux d’eau en été et en automne diminueront nettement, non seulement pour les eaux de surface, mais aussi pour les eaux souterraines. Toutes les altitudes et toutes les régions sont concernées par cette évolution, mais les Alpes et les Préalpes seront les plus touchées. 

Si aucune mesure de protection du climat n’est mise en œuvre, les débits estivaux diminueront en moyenne de 30 % à 50 % d’ici à la fin du siècle, voire jusqu’à 60 % dans les ruisseaux glaciaires actuels. 

Par ailleurs, les périodes de sécheresse et les vagues de chaleur estivales seront plus fréquentes et plus longues. Sans mesure de protection du climat, les débits d’étiage connaîtront un recul de l’ordre de 30 % en été d’ici à la fin du siècle dans les régions situées à moins de 1500 m d’altitude.

Situation d’étiage dans la Thur

Situation d’étiage dans la Thur
Le graphique montre, à l’exemple de la Thur près de Halden (TG), l’évolution potentielle de l’étiage si aucune mesure efficace de protection du climat n’est prise. La valeur Q347 représente le débit que le cours d’eau dépasse en moyenne 347 jours par an.
Dans les régions situées à moins de 1500 mètres d’altitude, les débits d’étiage seront donc bien moindres à l’avenir. La surface de couleur claire représente la plage des modélisations.

Risque d’assèchement de cours d’eau

Ainsi, les sources, les zones humides, les ruisseaux et les rivières de petite taille risquent de s’assécher plus souvent durant les périodes pauvres en pluie. De plus, la vie aquatique dans et aux abords des eaux se voit plus fréquemment menacée par les faibles profondeurs et les températures élevées. Il faut s’attendre à un assèchement complet des ruisseaux et des rivières pendant les périodes de sécheresse estivale avant tout pour les cours d’eau de taille petite ou moyenne ainsi que dans les régions karstiques telles que le Jura.

Les quantités d’eau utilisables diminueront en été en raison des changements climatiques. Si, en parallèle, l’eau des cours d’eau et des eaux souterraines est davantage exploitée pour l’irrigation en agriculture ou pour le refroidissement dans le secteur industriel, certaines régions pourraient faire face à des pénuries d’eau temporaires. Aujourd’hui déjà, ces deux types d’utilisation doivent être restreints au cours des périodes de sécheresse estivales.

Les ruisseaux et rivières alpins à haute altitude présentent actuellement un étiage en hiver, quand l’eau est stockée dans le manteau neigeux. À l’avenir, les débits augmenteront dans les régions situées au-dessus de 2000 m d’altitude durant les périodes d’étiage en hiver.

Dans les zones comprises entre 1500 et 2000 m d’altitude, les changements climatiques pourraient entraîner un report de la saison des étiages de l’hiver à l’été et à l’automne. Cependant, les débits en situation d’étiage ne varient presque pas.

Bilan du volume d’eau total disponible et de la consommation

Bilan du volume d’eau total disponible et de la consommation
Les cartes illustrent l’écart entre le volume d’eau total disponible et la consommation en été pour une année pauvre en précipitations, d’abord aujourd’hui puis à la fin du siècle, si aucune mesure de protection du climat n’est mise en œuvre. Les bassins versants colorés en orange et brun connaissent des pénuries d’eau : en été, le besoin en eau excède le volume disponible dans les ruisseaux, les fleuves, les rivières et les lacs. Aujourd’hui déjà, quelques régions affichent un déficit d’eau durant les années sèches. Ces manques ne feront que s’accroître à l’avenir.

Changements attendus

  Avec mesures de protection du climat
Fin du siècle
Sans mesures de protection du climat
Fin du siècle
Débit d’étiage dans les zones situées en dessous de 1500 mètres d’altitude. –0 à –30 %  –10 à –50 % 
Débit estival –0 à –20 %  –30 à –50 %
Éventail possible des modifications de 2070 à 2099 par rapport à la période allant de 1981 à 2010 (plage des simulations). Valeurs moyennes sur 30 ans pour la Suisse, indiquées avec une précision de 5 %.

Les messages clés se trouvent également dans la brochure Hydro-CH2018, qui est disponible sous forme imprimée ou électronique en téléchargement.  

Informations complémentaires

Documents

cover_broschüre_fr.PNG

Brochure Hydro-CH2018

La présente brochure illustre le fonctionnement du régime des eaux suisses ainsi que les évolutions à prévoir. Le texte s’adresse aux usagères et usagers sur le terrain.

Effets des changements climatiques sur les eaux suisses

Le rapport « Effets des changements climatiques sur les eaux suisses » propose une vue d’ensemble synthétique des résultats, et constitue une introduction aux informations et données plus spécialisées.

Dernière modification 04.05.2021

Début de la page

Contact

Office fédéral de l'environnement OFEV

Division Hydrologie
Papiermühlestr. 172
3063 Ittigen

hydrologie@bafu.admin.ch
www.bafu.admin.ch

Imprimer contact

 

« Les changements climatiques accentuent le phénomène de sécheresse et constituent ainsi une menace pour nos récoltes. Quand il fait chaud, les végétaux nécessitent davantage d’eau pour pousser, mais je n’ai pas le droit d’arroser plus, car l’eau est disponible en quantité limitée dans notre région en été. À l’avenir, je devrai donc revoir mes cultures et choisir des variétés qui résistent mieux à la chaleur et à la sécheresse. Je veille aujourd’hui déjà à économiser l’eau lors de l’arrosage. »

Simon, agriculteur

https://www.nccs.admin.ch/content/nccs/fr/home/changement-climatique-et-impacts/schweizer-hydroszenarien/kernaussagen/wasserknappheit-im-sommer.html