Projet pilote adaptation aux changements climatiques «Assurance fourragère fondée sur un indice»

D’après les scénarios climatiques, il faut s’attendre à l’avenir à davantage de périodes de sécheresse en Suisse. Une solution d’assurance sur mesure a été développée pour la culture fourragère afin que les exploitations agricoles puissent s’assurer contre les pertes de production dues à la sécheresse. Cette assurance se fonde sur un indice de sécheresse qui définit quand un preneur d’assurance peut prétendre à une indemnité.

Situation initiale

En Suisse, plus de 70 % de la surface agricole utile est exploitée comme herbages. Les périodes de sécheresse, qui tendent à devenir de plus en plus fréquentes, ont déjà entraîné des pertes de production fourragère au cours des dernières années dans les régions à faibles précipitations. Ces pertes de rendement peuvent faire augmenter les coûts de production des agriculteurs concernés, puisque ces derniers doivent acheter des aliments complémentaires pour leurs animaux. L’augmentation de la fréquence des périodes de sécheresse accroîtra encore le risque météorologique pour la production fourragère.

Objectifs

Le projet consistait à développer une « assurance fourragère fondée sur un indice », un produit d’assurance abordable permettant aux exploitations agricoles de s’assurer contre les pertes de production fourragère dues à la météo. Contrairement aux produits d’assurance déjà à disposition pour la production végétale, ce nouvel instrument devait reposer sur une approche indicielle.

Démarche 

  • Traitement et interpolation des données journalières historiques des précipitations mesurées au sol et par radar (valeurs journalières)
  • Sondage auprès des agriculteurs produisant du fourrage pour déterminer leurs besoins et leur acceptation d’un produit d’assurance fondé sur un indice
  • Conception de l’indice sur la base des données de précipitations historiques du réseau de mesures au sol, application de l’indice sur la base des données de précipitations interpolées
  • Conception d’une plateforme Internet
  • Élaboration des conditions d’assurance
  • Phase de test opérationnelle de l’assurance et évaluation 

Résultats 

L’indice de sécheresse se fonde sur des données de précipitations mesurées au sol et par radar, actualisées chaque jour et à haute résolution spatiale. Il indique quand un assuré peut prétendre à une indemnité. Au terme de la phase de végétation, des informations mises à disposition sur la plateforme Internet correspondante permettent aux assurés de savoir si leurs champs peuvent être considérés comme sinistrés. Cette méthode évite ainsi les coûts d’estimation sur site. Pendant la phase de croissance végétale, des informations sur les risques de sécheresse sont par ailleurs mis à la disposition des producteurs fourragers sur la plateforme Internet.

Dans le cadre du projet, un indice des précipitations a également été mis au point. Étant donné que des précipitations abondantes n’ont pas pour conséquence de diminuer la production mais avant tout de compliquer la récolte, l’indice se fonde sur le nombre de fenêtres de récolte possibles (quatre jours consécutifs sans pluie). Pour des raisons techniques, il n’a toutefois pas été possible d’intégrer l’indice des précipitations dans le produit d’assurance. 

Conclusions 

Ce projet pilote a permis de mettre à la disposition des agriculteurs un instrument de gestion des risques de sécheresse appliqué à la production fourragère. Le produit d’assurance développé compense partiellement les pertes de rendement dues à la sécheresse à partir d’une baisse de production de 25 %. Cette solution permet au moins d’atténuer les conséquences d’événements extrêmes pour les producteurs de fourrage.

Pour que l’indice puisse encore gagner en précision, il conviendra d’intégrer des données sur les températures (évaporation) et les sols. Cela réduira les risques de non-reconnaissance ou de reconnaissance à tort d’un sinistre.

L’assurance fourragère fondée sur un indice peut contribuer à réduire la nécessité d’une intervention de l’État. Inversement, la disponibilité des aides de l’État peut réduire les besoins en matière d’assurance dans les cas de difficultés financières ne relevant pas de la responsabilité des producteurs. Il faudra observer l’évolution de la situation.

Pour améliorer la résilience des exploitations agricoles eu égard aux changements climatiques, d’autres mesures devront dans tous les cas être envisagées, en particulier des mesures préventives : optimisation des fauches et des pâturages, choix (mélanges) de variétés plus tolérantes à la sécheresse, adaptation des cheptels, constitution des réserves, renforcement de la collaboration interentreprises, etc.


Porteur de projet: Société suisse d’assurance contre la grêle, société coopérative

Zone pilote: Suisse entière

Durée: 2014 - 2015

Suivi du projet: Office fédéral de l'agriculture

Informations complémentaires

Contact spécialisé
Dernière modification 13.10.2017

Début de la page

Contact

Suisse Grêle
Hansueli Lusti

hansueli.lusti@hagel.ch  

Imprimer contact

https://www.nccs.admin.ch/content/nccs/fr/home/mesures/programmes-et-projets/pak/pilotprogramm-anpassung-an-den-klimawandel2/programme-pilote-adaptation-aux-changements-climatiques/projets-pilotes-adaptation-aux-changements-climatiques--cluster-/projet-pilote-adaptation-aux-changements-climatiques--assurance-.html