Projet pilote adaptation aux changements climatiques «Urban Green & Climate Bern: arbres, villes et changements climatiques»

Le lien entre les changements climatiques et les arbres des villes est peu étudié. En prenant l’exemple de la ville de Berne, le projet a développé des méthodes et des concepts pour une gestion durable du peuplement urbain qui tiennent compte des changements prévus.

Situation initiale 

Les arbres de l’espace urbain fournissent d’importantes prestations écosystémiques, telles que l’amélioration du microclimat, le stockage du CO2 ou l’absorption et le stockage de l’eau de pluie. Jusqu’à présent, on ne savait pas quelle influence les changements climatiques avaient sur ces prestations écosystémiques dans les villes ni sur les arbres urbains.

Le cadastre des arbres de la ville de Berne met à disposition une importante base de données permettant d’étudier ces liens ; il contient en effet des données sur l’emplacement, l’âge et l’essence de chaque arbre du domaine public. Stadtgrün Bern dispose en outre de connaissances empiriques sur les sites à risques et la vitalité de quelques peuplements. Il dispose de données analogues sur les arbres particulièrement dignes de protection situés sur le domaine privé.

Objectifs

Le projet visait, d’une part, à combler des lacunes, l’accent ayant été mis sur la vulnérabilité climatique des peuplements urbains face aux changements climatiques, et, d’autre part, à étudier l’importance des prestations écosystémiques des arbres, notamment leur fonction de puits de carbone et l’influence des espaces verts sur le climat urbain. Les conclusions du projet devaient fournir des éléments de base en vue d’une gestion des arbres adaptée aux changements climatiques.

Démarche 

  • Relevé de données climatiques sur deux stations de mesure temporaires dans des parcs, élaboration de modèles climatiques pour les espaces urbain et rural de la ville de Berne et formation d’un cluster de différents types de sites
  • Inventaire des essences d’arbre les plus fréquentes, identification de leurs exigences climatiques, relevé de l’état de santé du peuplement et détermination d’essences qui pourraient convenir pour le futur climat de la ville de Berne
  • Étude de l’importance des prestations écosystémiques des arbres, en particulier de leur fonction de puits de carbone. Élaboration de mesures potentielles en vue d’un développement urbain adapté
  • Publication et diffusion des résultats 

Résultats

La vitalité du peuplement dans la ville de Berne est d’ores et déjà affectée et en partie légèrement endommagée, ce qui est dû, dans la majorité des cas, au caractère inadapté de certains arbres ou groupes d’arbres. Certaines des variétés affaiblies, telles que le marronnier commun, le tilleul à grandes feuilles ou l’érable sycomore, subiront des dommages supplémentaires avec les changements climatiques. Des essences qui conviendraient au futur climat à Berne sont le chêne chevelu, l’érable de Tartarie, l’érable à feuilles d’obier ou le charme d’orient. Elles sont originaires de Croatie continentale, où règne aujourd’hui le climat que l’on attend pour la région de Berne aux alentours de 2080.

Des données de télédétection obtenues au moyen d’un système LiDAR ont permis d’estimer à 14,9 tonnes par hectare la quantité de carbone stockée dans la biomasse superficielle des arbres de la ville de Berne.
Quatre fiches d’information ont été élaborées pour la pratique (disponibles en allemand) : « Stadtklima und Klimawandel », « Städtische Grünflächen im Klimawandel », « Urbane Baumarten und Klimawandel » et « Stadtbäume für den Klimaschutz ». Les résultats du projet ont été présentés à la population bernoise intéressée durant l’été 2017, dans le cadre d’itinéraires urbains.

Conclusions

Avec un réchauffement croissant de l’atmosphère, la fonction de régulateur thermique que remplissent les arbres et les espaces verts gagnera encore en importance dans les espaces urbains. Les arbres urbains jouent un rôle important en tant que puits de carbone. Toutefois, d’autres prestations écosystémiques, notamment l’amélioration des échanges d’air, la diminution de la température de l’air ou l’augmentation de l’humidité relative de l’air, sont encore plus déterminantes pour les villes et leurs habitants.
Le projet a montré qu’il est impossible d’identifier les essences potentielles en se basant uniquement sur de la littérature et des analogies climatiques. Des tests pratiques devraient être effectués pour vérifier de façon empirique quelles sont les variétés les mieux adaptées en fonction des conditions données. Afin de pouvoir bénéficier des expériences mutuelles, un échange intense d’informations entre les villes s’impose.


Porteur de projet: Berner Fachhochschule, Hochschule für Agrar-, Forst- und Lebensmittelwissenschaften

Zone pilote: Ville de Berne

Durée: 2014 - 2016

Suivi du projet: Office fédéral de l'environnement

Contact spécialisé
Dernière modification 13.10.2017

Début de la page

Contact

Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires                                                                                    Oliver Gardi 

oliver.gardi@bfh.ch

Imprimer contact

https://www.nccs.admin.ch/content/nccs/fr/home/mesures/programmes-et-projets/pak/pilotprogramm-anpassung-an-den-klimawandel2/programme-pilote-adaptation-aux-changements-climatiques/projets-pilotes-adaptation-aux-changements-climatiques--cluster-2/projet-pilote-adaptation-aux-changements-climatiques--urban-gree.html