Neige et glaciers

Depuis longtemps déjà, on peut observer en Suisse la fonte des glaciers, l’élévation de l’isotherme zéro degré et le dégel du pergélisol. Ces tendances seront accentuées à l’avenir par les changements climatiques.

Der Balmhorngletscher im Berner Oberland
© Hansruedi Weyrich

Les glaciers ont une grande importance pour le régime hydrique car ils stockent les précipitations pendant plusieurs saisons, années ou décennies, voire plusieurs siècles. C’est notamment pendant les périodes estivales chaudes et sèches que les glaciers apportent une précieuse contribution au débit de nombreux cours d’eau alpins, mais aussi de grands fleuves tels que le Rhin et le Rhône.

Disparition des glaciers

Les scénarios concernant les glaciers montrent qu’une grande partie de la masse glaciaire des Alpes aura disparu d’ici la fin du siècle. Avec des mesures significatives de protection du climat, il restera encore quelque 37 % du volume des glaciers de 2017, contre environ 5 % seulement sans mesures de protection du climat. Les débits estivaux alimentés par la fonte des glaciers s’en trouvent fortement réduits.

Volumes des glaciers

Volumes des glaciers
Le graphique montre que la quantité totale de glace des glaciers suisses a considérablement diminué depuis 1850. Les surfaces claires représentent la marge d’incertitude.
© Réseau des relevés glaciologiques suisse GLAMOS

Aux alentours de 2100, la plupart des glaciers restants se trouveront dans le bassin versant du Rhône (Valais). Le bassin versant du Rhin assistera quant à lui à une disparition totale de ses glaciers, à quelques traces résiduelles près dans l’Oberland bernois. En Engadine et au Tessin, les surfaces englacées auront entièrement disparu. 

Fonte des glaciers

Fonte des glaciers
Le graphique montre l’évolution du volume des glaciers en milieu alpin à l’avenir. Les surfaces claires représentent la plage des simulations.
© Zekollari et al. 2019

Moins d'eau stockée dans la neige

Réservoir d’eau naturel, le manteau neigeux revêt une importance remarquable pour le régime hydrique saisonnier en Suisse. Selon les modélisations, près de 40 % (22 km3) du débit annuel total provient aujourd’hui (période de référence 1981-2010) de la couverture neigeuse. Le manteau neigeux se forme dans les Alpes tout au long de l’hiver, pour atteindre son épaisseur maximale en mars normalement. Dans de nombreux bassins versants, c’est la fonte des neiges qui détermine les débits au printemps et au début de l’été. 

Le manteau neigeux étant très sensible aux variations de la température et des précipitations, il constitue un bon indicateur des changements climatiques. Du fait du réchauffement, la part des précipitations qui tombe sous forme de pluie plutôt que de neige est déjà en augmentation, surtout à basse altitude, et aboutit donc plus rapidement dans les ruisseaux et les rivières. De plus, la fonte des neiges commence plus tôt dans l’année. La période durant laquelle le sol est recouvert de neige s’en trouve raccourcie, et la quantité d’eau stockée temporairement sous forme de neige diminue.

Les scénarios hydrologiques Hydro-CH2018 laissent supposer que la quantité d’eau moyenne annuelle stockée dans le manteau neigeux va diminuer d’ici la fin du siècle de l’ordre de 42 % avec des mesures significatives de protection du climat et de 78 % sans mesures de protection du climat. En parallèle, l’épaisseur maximale du manteau neigeux est atteinte non plus en mars, mais en février.

Du fait de l’élévation simultanée de la température, l’augmentation attendue des précipitations hivernales n’a un impact positif sur le manteau neigeux qu’à de très hautes altitudes, ce qui ne permet pas de compenser la baisse générale de la quantité de neige. Ces changements concernant le manteau neigeux ont de profondes répercussions sur la distribution saisonnière des débits.

Variation moyenne de la quantité d’eau stockée dans le manteau neigeux sans mesures de protection du climat d’ici la moitié et la fin du siècle à des altitudes supérieures à 1500 m

Variation moyenne de la quantité d’eau stockée dans le manteau neigeux sans mesures de protection du climat d’ici la moitié et la fin du siècle à des altitudes supérieures à 1500 m
La part de l’eau stockée sous forme neigeuse (médiane et marge d’incertitude) diminue à toutes les saisons d’ici la fin du XXIe siècle. Les changements par rapport à la période de référence (1981-2010) dans un scénario sans mesures de protection du climat (RCP8.5) montrent que la quantité d’eau stockée dans la neige est très limitée en fin d’été, même en haute altitude. Le manque de neige implique aussi un débit plus faible provenant de la fonte des neiges. Par ailleurs, il y a moins de neige à disposition pour les glaciers.
© Adaptation d’après les données de Brunner M. et al. 2019c

Le dégel du pergélisol augmente le charriage

L’augmentation des fortes précipitations, le dégel du pergélisol et la fonte des glaciers sont susceptibles d’accroître l’érosion, les glissements de terrain et les écroulements, avec à la clé une plus grande disponibilité de matériaux solides pouvant être transportés par les cours d’eau. 

Un accroissement du transport de matériaux solides par les cours d’eau a pour effet de modifier les caractéristiques d’écoulement de ces derniers et la morphologie de leurs lits, ce qui pourrait avoir des impacts négatifs sur la prévention des inondations, les centrales hydroélectriques et l’écologie des eaux.

Représentation schématique des changements du transport sédimentaire dans un système hydrologique de montagne

Représentation schématique des changements du transport sédimentaire dans un système hydrologique de montagne
Sous l’effet des changements climatiques, la sédimentation et le transport de sédiments vont s’accroître.
© Speerli J. et al. 2020

Documents

Le rapport « Effets des changements climatiques sur les eaux suisses » propose une vue d’ensemble synthétique des résultats, et constitue une introduction aux informations et données plus spécialisées.

Dernière modification 03.05.2021

Début de la page

Contact

Office fédéral de l'environnement OFEV
Division Hydrologie

Papiermühlestr. 172
3063 Ittigen

hydrologie@bafu.admin.ch
www.bafu.admin.ch

Imprimer contact

Cycle hydrologique

Hydro-CH2018 analyse l’impact du changement climatique sur les ressources hydriques et les dangers naturels.

https://www.nccs.admin.ch/content/nccs/fr/home/secteurs/gestion-des-eaux/impacts-des-changements-climatiques-sur-le-bilan-hydrique/schneeundgletscher.html