Ravageurs exotiques envahissants: La mouche méditerranéenne

La mouche méditerranéenne Ceratitis capitata (Diptera: Tephritidae) (Figure 1) est originaire d'Afrique subsaharienne (Malacrida et al. 2007). Au cours des 200 dernières années, le commerce mondial des fruits l'a diffusé sur tous les continents. C'est l'un des ravageurs orientaux les plus importants sur le plan économique. Entre-temps, elle a pu s'installer dans le sud de l'Europe. En Europe centrale, elle est connue depuis les années 1930. Cependant, l'espèce a été introduite à maintes reprises, car elle est incapable d'établir des populations persistantes en raison du climat hivernal frais. L'OEPP a classé la mouche méditerranéenne des fruits comme organisme de quarantaine, mais en Suisse, l'espèce n'est pas un organisme nuisible réglementé.

Au total, les larves se nourrissent de plus de 250 plantes hôtes (White and Elson-Harris 1994). En plus des agrumes, on trouve également des pêches, des mangues, des noix, des pommes ou des poires. Les mouches ont une coloration très colorée (White and Elson-Harris 1994). Son visage est blanc, ses antennes et son tronc jaunes. La poitrine est grise sur le dessus et marquée de taches noires et jaunes. Les ailes sont transparentes et recouvertes de marques noires et grises. Une bande jaune croisée passe au milieu des ailes, une deuxième bande jaune est parallèle au bord de l'aile. Les femelles pondent en moyenne 300 œufs (White and Elson-Harris 1994). Le temps de développement des larves dépend fortement de la température et est d'environ 10 jours à 25°C, de sorte que 7 générations et plus peuvent être produites par an (Duyck and Quilici 2002).

Mittelmeerfruchtfliege
Figure 1 : Spécimen adulte de la mouche méditerranéenne des fruits
© Agroscope

En automne 2016, le Centre spécialisé dans les fruits du Strickhof a été informé de dommages inhabituels causés à des pommes dans un verger à Zurich. Grâce aux deux hivers doux de 2014/15 et 2015/16, la mouche méditerranéenne a pu se propager (Szalatnay 2016). Le canton de Zurich surveille donc régulièrement la mouche méditerranéenne des fruits. Dès les années 1950, le canton du Genève surveille l'activité de vol car elle y causait des dommages aux abricots, aux pêches et aux poires. En Suisse, on suppose que la mouche méditerranéenne des fruits est importée principalement par les larves d'agrumes infestés, comme c'est le cas dans d'importants pays producteurs tels que l'Espagne ou Israël. La connaissance de la biologie a été utilisée pour simuler la répartition géographique potentielle de la mouche méditerranéenne des fruits dans les conditions climatiques actuelles (Vera et al. 2002; Szyniszewska and Tatem 2014; Elekcioglu et al. 2019; Bekker et al. 2019; Kaya et al. 2017).

La distribution potentielle et l'occurrence saisonnière de la mouche méditerranéenne des fruits dans les conditions climatiques actuelles et futures ont été estimées bioclimatiquement avec le modèle CLIMEX (Kriticos et al. 2015). Les simulations sont basées sur les paramètres du modèle spécifiquement testé pour la mouche méditerranéenne des fruits (Vera et al. 2002). Les simulations montrent que la mouche méditerranéenne des fruits ne peut pas survivre à long terme dans les conditions climatiques actuelles et futures. La raison principale en est un stress excessif dû au froid (figure 2). Toutefois, le potentiel de croissance augmentera dans les conditions climatiques futures. Cela signifie que les populations introduites causeront des dommages accrus aux cultures.

Figure 2. Stress au froid de la mouche méditerranéenne des fruits dans les conditions climatiques actuelles (1981-2010) et futures (2070-2099). Les cartes montrent l'importance du stress dû au froid sur un site. Le stress dû au froid signifie que la mouche méditerranéenne des fruits ne peut pas survivre à long terme dans un seul endroit. Résultats des simulations avec le modèle CLIMEX. La base de calcul de la carte de droite est le scénario climatique local A2 pour la Suisse.

Informations complémentaires

Bibliographie

Bekker G, Baard N, Addison MF, van Niekerk A, Addison P (2019) The area-wide spatio-temporal distribution of Ceratitis capitata (Wiedemann) (Diptera: Tephritidae) in a heterogenous fruit production region of the Western Cape, South Africa. Afr Entomol 27 (1):97-113. doi:10.4001/003.027.0097

Duyck PF, Quilici S (2002) Survival and development of different life stages of three Ceratitis spp. (Diptera : Tephritidae) reared at five constant temperatures. Bull Entomol Res 92 (6):461-469. doi:10.1079/ber2002188

Elekcioglu NZ, Artun O, Kavur H (2019) Predicting the potential geographic distribution and seasonality of Ceratitis capitata Wiedemann (Diptera, Tephritidae) in the Mediterranean region of Turkey. Fresenius Environ Bull 28 (12A):10164-10173

Kaya T, Ada E, Ipekdal K (2017) Modeling the distribution of the Mediterranean fruit fly, Ceratitis capitata (Wiedemann, 1824) (Diptera, Tephritidae) in Turkey and its range expansion in Black Sea Region. Turkiye Entomoloji Dergisi-Turkish Journal of Entomology 41 (1):43-52. doi:10.16970/ted.28388

Kriticos DJ, Maywald GF, Yonow T, Zurcher EJ, Hermann NI, Sutherst RW (2015) CLIMEX Version 4: Exploring the effects of climate on plants, animals and diseaes. CSIRO, Canberra

Malacrida AR, Gomulski LM, Bonizzoni M, Bertin S, Gasperi G, Gugliclmino CR (2007) Globalization and fruit fly invasion and expansion: the medfly paradigm. Genetica 131 (1):1-9. doi:10.1007/s10709-006-9117-2

Szalatnay D (2016) Mittelmeerfruchtfliege (Ceratitis capitata) im Kanton ZH aufgetaucht. Strickhof, Wülflingen (Winterthur)

Szyniszewska AM, Tatem AJ (2014) Global Assessment of Seasonal Potential Distribution of Mediterranean Fruit Fly, Ceratitis capitata (Diptera: Tephritidae). PLoS One 9 (11). doi:10.1371/journal.pone.0111582

Vera MT, Rodriguez R, Segura DF, Cladera JL, Sutherst RW (2002) Potential geographical distribution of the Mediterranean fruit fly, Ceratitis capitata (Diptera : Tephritidae), with emphasis on Argentina and Australia. Environ Entomol 31 (6):1009-1022. doi:10.1603/0046-225x-31.6.1009

White IM, Elson-Harris MM (1994) Fruit Flies of Economic Significance. Their Identificationand Bionomics. CAB International, Wallingford, UK

Dernière modification 28.01.2021

Début de la page

Contact

FiBL
Département des sciences des plantes

Sibylle Stöckli

Imprimer contact

https://www.nccs.admin.ch/content/nccs/fr/home/secteurs/agriculture/theme-prioritaire-organismes-nuisibles/ceratitis-capitata.html