Changement climatique et protection de la population

En raison du changement climatique, les phénomènes météorologiques extrêmes augmentent, tant en termes de fréquence que d’intensité. Une hausse des fortes précipitations est d’ores et déjà observée dans de nombreuses régions. Cette évolution va avoir des répercussions sur l’ampleur des dommages. La fréquence et l’ampleur des interventions du dispositif de protection de la population vont croître en conséquence.

Le changement climatique pose également des défis majeurs aux forces d’intervention du dispositif de protection de la population.

Le problème que pose le changement climatique pour la protection de la population fait l’objet de débats depuis plusieurs années. Toutefois, ses incidences et les mesures qui en découlent n’ont jusqu’à présent été décrits qu’en termes généraux.

L’étude « Fortes précipitations et planification d’engagement du service de protection et sauvetage Zurich » a été lancée dans le cadre du thème prioritaire Changement climatique et protection civile. Elle met en lumière les impacts de l’augmentation des fortes précipitations sur les interventions en s’appuyant sur l’exemple du service de protection et de sauvetage de Zurich.

Objectifs

L’étude comprend deux parties avec des objectifs clairement définis :

  • 1re partie : Analyse de la corrélation entre les interventions et les précipitations :
    identification des seuils de précipitations critiques pour le déclenchement d’une intervention.
  • 2e partie : Estimation des changements qualitatifs des interventions futures au cours des 20 prochaines années.

Etant donné qu’il s’agit d’une étude pilote devant servir de base à des analyses complémentaires, la méthode utilisée est documentée de manière compréhensible.

Sommaire

Les analyses font ressortir une corrélation quantitative entre les précipitations et le nombre d’interventions du service de protection et sauvetage de Zurich. A cet égard, il convient de faire la distinction entre les précipitations intenses de courte durée et les précipitations de longue durée. Pour les précipitations intenses de courte durée, l’étude a fait ressortir un seuil de précipitations de 15 mm avec une intensité maximale dans les trois heures précédant l’intervention. Pour les précipitations de longue durée, le seuil s’élève à 30 mm pour une accumulation de 12 heures avant l’intervention. Ainsi, il est possible de détecter des événements significatifs avec un nombre d’interventions accru (> 50 interventions en l’espace de six heures) pour le service de protection et de sauvetage de Zurich.

Près de 75 % des interventions ont eu lieu dans des zones potentiellement menacées par le ruissellement superficiel. Les quelque 25 % restantes concernent des zones sujettes à des inondations liées à des débordements de cours d’eau ou de lacs. Ces deux processus relatifs aux dangers peuvent également se chevaucher.

Résultats de l’étude sur les processus relatifs aux dangers, les seuils et les évolutions futures.

L’étude montre que dans un avenir proche (d’ici env. 20 ans), le développement du milieu bâti représentera un défi plus grand que le changement climatique pour le service de protection et le sauvetage de Zurich. Dans la seconde moitié du siècle, toutefois, les incidences du changement climatique gagneront clairement en importance.

Faits marquants

  • L’étude illustre les défis liés au ruissellement superficiel.
  • Les résultats de l’étude fournissent une base au service de protection et de sauvetage de Zurich pour une meilleure planification des effectifs de la centrale d’intervention en cas d’intempéries imminentes.
  • Les résultats de l’étude permettent de formuler des indications de nature qualitative sur les exigences futures posées au service de protection et de sauvetage de Zurich en lien avec le changement climatique et le développement du milieu bâti.
  • Avec cette étude, une méthode a été développée qui permet d’analyser quantitativement la corrélation entre les précipitations et les interventions du service de protection et de sauvetage de Zurich. Cette méthode peut être utilisée pour d’autres régions ou pour d’autres processus (p. ex. la canicule).
  • L’approche participative a été très fructueuse pour l’élaboration de l’étude. L’implication des acteurs de la Confédération, du canton, de la ville, des assurances et de la communauté scientifique a permis d’intégrer différents points de vue. 

Partenaires

L’étude a été réalisée par le bureau d’études géoscientifiques geo7 AG sous la direction de l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP).

L’étude n’a été possible que grâce aux données de haute qualité fournies par le service de protection et de sauvetage de Zurich, MétéoSuisse et les services du canton de Zurich.

Les partenaires les plus importants sont :

  • Le service de protection et de sauvetage de la ville de Zurich
  • Le département de la sécurité et la police municipale de Zurich
  • Le département des déchets, de l’eau, de l’énergie et de l’air du canton de Zurich (ODEEA)
  • L’Etablissement cantonal d’assurance des bâtiments de Zurich (GVZ)
  • L’Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse
  • Le National Centre for Climate Services (NCCS)
  • L’Office fédéral de l’environnement (OFEV)
  • L’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (ETHZ)
  • L’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL)

 

Dernière modification 12.07.2019

Début de la page

Contact

Office fédéral de la protection de la population OFPP
Risikogrundlagen / Forschungskoordination

Monbijoustrasse 51A
CH-3003 Bern

Tel. +41 58 462 50 11

E-Mail:
risk-ch@babs.admin.ch
info@babs.admin.ch

Imprimer contact

https://www.nccs.admin.ch/content/nccs/fr/home/le-nccs/themes-prioritaires/changements-climatiques-et-protection-de-la-population.html